Email : dsps@gmail.com

lundi 10 août 2020

Flash info

Dernière Info : Les transferts à destination du public sont ouverts dans le profil établissement   ***  Pour les transferts du privé à privé voir sur le site www.men-deep.org  ***     MGA/DFA : Les MGA/DFA des classes de Tle seront transmises à la DECO le vendredi 24 Juillet à midi. Dans le fichier élève 2019-2020, en cas de décalge entre ordre d'enseignement et série. Exécuter la fonction << Actualiser ordre d'Enseignement >> Puis relancer le calcul MGA  ***   En cas d'erreur, veuillez utiliser la fonction relancer le calcul MGA avant l'approbation.  ***     ***  Remontées des moyennes :  Trimestre 1 clôturé et trimestre 2 et 3 en cours sur la plateforme. Pour tout problème de mise à jour,veuillez vous adresser aux DRENET/DDENET ou DR/DD Pro  ***  RÉgularisation des cursus des élèves :   SDSI/DSPS  ***

EDUCATION NATIONALE :
LA LOI SUR L’ECOLE OBLIGATOIRE POUR LES ENFANTS DE 6 A 16 ANS ADOPTEE A L’ASSEMBLEE NATIONALE



La ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique, Mme Kandia Camara accompagnée du ministre auprès du Président de la République chargé des Relations avec les institutions de la République, Albert Aggrey, a soumis pour examen à l’hémicycle, le 17 septembre 2015, le Projet de loi portant modification de la loi N°95-696 du 07 septembre 2015 relative à l’enseignement.
Il s’agissait pour la ministre de faire adopter la loi garantissant l’accès à tous les enfants âgés de 6 à 16 ans à l’école. Au cours de cette séance parlementaire Kandia Camara a fait l’exposé des motifs du projet de loi qui a été suivi de débat en commission sur le dispositif légal.
Après, les amendements de fonds et de formes, le projet a été voté en majorité par les députés ivoiriens en plénière avec 204 voix pour, 0 voix contre et 1 voix d’abstention.

Les grandes articulations de cette nouvelle loi concernent la réforme du système éducatif ivoirien, les pesanteurs sociologiques et religieuses, la proximité des écoles des lieux de résidences, le rôle des collectivités territoriales, la prise en compte des langues nationales dans le programme scolaire, les dispositions prévues à l’encontre des enseignants fondateurs d’établissements scolaires privés, le manque d’infrastructures, de matériels didactiques et de personnel enseignant, la distribution tardive des kits scolaires gratuits, les conditions de vie des enseignants et le déclin du système éducatif.